Matthieu Chevreau : "jusqu'où peut-on aller avec ce groupe? Il reste six matchs..."

Le FC Saint-Lô Manche vient de clôturer une série de quatre matchs face aux cadors du championnat. Deux victoires, un nul et une défaite plus tard, le club est à trois points de la quatrième place. Matthieu Chevreau entend garder ses joueurs sous pression.

Matthieu, ton groupe vient de finir une série face aux 4 premiers du championnat. 7 points pris sur 12 possibles, est-ce à la hauteur de tes ambitions?

Une énorme série, oui. Le bilan comptable est plus qu'intéressant. Notre objectif de base était de faire mieux que les 2 points pris sur la phase aller, nous sommes donc bien au-delà de nos ambitions. Ce bilan est très révélateur de l'évolution de l'équipe en termes de comportement et de structure.


Tu as annoncé vouloir jouer les arbitres dans la lutte pour le titre, estimes-tu que la mission soit remplie?

Effectivement, nous avions annoncé jouer tous les coups à fond quelque soit l'adversaire. Nous avons plutôt bien réussi notre mission même si cela a plutôt souri aux Ébroïciens qui nous ont battu 3-0... Nous n'avons pas à rougir, nous avons joué le jeu sans fausser quoi que ce soit. Notre état d'esprit a été respectueux des adversaires rencontrés et nous travaillons pour nous en priorité.


Le seul accroc de la série est cette défaite 3-0 face à Evreux. Est-ce un regret?

Je n'ai absolument aucun regret. Nous avons été là-bas avec l'envie de jouer avec nos qualités et de les faire déjouer. Nous n'avons jamais renié nos principes de jeu mais l'opposition était bien trop relevée avec un adversaire qui ne boxe pas dans la même cour que nous.


Les seuls regrets sont peut-être nos deux erreurs défensives car nous aurions aimé les tenir en respect un peu plus longtemps sur ce match. Evreux mérite de loin sa place de leader.


Quel regard portes-tu sur le visage montré par ton équipe sur cette série?

Je trouve l'équipe très concernée malgré le fait que certains puissent se dire qu'on a plus rien à jouer. Nous avons de jeunes joueurs et des cadres qui ont envie de valoriser le travail fourni. Cette ambition passe par un état d'esprit exemplaire pour aller chercher la plus haute place possible.


Nous avons le onzième budget du championnat. Nous sommes partis sur un projet qui pouvait paraître risqué au départ mais on est là, en haut du classement, et j'espère que ce n'est pas fini. J'encourage les garçons à rester dans cette dynamique de partage et de plaisir.


Certains joueurs se sont-ils révélés?

Certains joueurs confirment, d'autres se révèlent quand d'autres sont moins là. Ce sont les aléas et les cycles d'une saison. Force est de constater que depuis quelques semaines nous avons surtout trouvé une alchimie entre positions des joueurs et équilibre d'équipe même si nous avons toujours plusieurs options de jeu.


Il est évident que certains retours de joueurs apportent une réelle plus-value mais ça, je le sentais déjà quand ils n'étaient pas là... Avec du recul nous estimons avoir fait des choix justes et logiques, avec réflexion. Je pense que les résultats parlent d'eux-mêmes ces derniers temps.


Maintenant que le groupe a recollé à la quatrième place, l'objectif est-il d'aller s'installer dans ce Top 4?

Nous ne serons pas prétentieux, ni même trop gourmands, nous savons que le Top 3 est trop loin. Cependant, ne nous interdisons pas d'aller chercher Alençon et de les dépasser !


Il est essentiel pour un groupe de se donner des objectifs atteignables et réalisables. Celui-ci en est un. Jusqu'où peut-on aller avec ce groupe? Il reste six matchs...


Une fin d'exercice sur une dynamique positive en termes de résultats pourrait-elle permettre de préparer plus facilement la saison prochaine?

Il est évident qu'une bonne fin de saison permet de réfléchir, d'anticiper ou de penser à l'avenir plus sereinement mais je ne veux pas m'éparpiller. Nous restons encore concentrés sur le moment présent et les objectifs à accomplir. Penser à l'avenir dès maintenant c'est ne plus donner priorité au groupe que l'on manage et je n'ai pas encore fini le boulot avec ces garçons-là.